La santé, un enjeu décisif au sein de l’élection fédérale de 2021

10 septembre 2021

Chaque élection est unique : un ou deux enjeux, tout au plus, dominent l’actualité et sont au cœur des préoccupations des électeurs. Une fois dans l’urne, généralement, une seule question détermine le choix.

Chaque élection est unique : un ou deux enjeux, tout au plus, dominent l’actualité et sont au cœur des préoccupations des électeurs. Une fois dans l’urne, généralement, une seule question détermine le choix.

Les soins de santé sont toujours matière à discussion à chaque élection, qu’elle soit fédérale ou provinciale. Toutefois, en raison de la COVID-19, il y a maintenant une urgence qui n’existait pas dans le passé. Les Canadiens n’ont jamais vécu une élection au cours de laquelle les soins de santé sont non seulement autant discutés, mais aussi en pleine mutation et avec des mesures sanitaires instaurées différemment dans chaque province. Les passeports vaccinaux contre la COVID-19 ne sont que l’exemple le plus récent de l’évolution des exigences de santé publique dans chaque région.

Au cours des 18 derniers mois, la COVID-19 a exposé le meilleur et le pire de nos systèmes de santé.

Nous avons été parmi les premiers pays à disposer des vaccins et à être en mesure de les livrer aux Canadiens dans chaque ville, village, province et territoire. Nos hôpitaux ont mis en place rapidement des plans d’urgence et des unités spécifiques pour s’assurer de pouvoir gérer la capacité et le volume en cas de besoin. Cela a mis en évidence les inégalités et la fragilité du système ainsi que la nécessité de veiller à ce que nos aînés soient pris en charge et soignés. Les failles dans les soins de longue durée ont été exposées à la vue de tous.

En même temps, cette crise des soins de santé a mis en évidence la grandeur des personnes qui travaillent dans les domaines de la santé et des services sociaux.

J’en ai eu la preuve la semaine dernière en emmenant un proche passer des examens à l’hôpital. Nous sommes arrivés à l’heure pour le rendez-vous et nous étions parmi les nombreuses personnes qui attendaient patiemment. Lorsque nous avons vu l’infirmière, je n’ai pu m’empêcher de remarquer que sur sa photo de carte d’identité, elle apparaissait dynamique et énergique. Lorsque je l’ai regardée, la différence était flagrante. Elle était fatiguée, décoiffée, éreintée et elle avait l’air plus âgée. Après le rendez-vous, je l’ai remerciée de sa présence en première ligne et des soins prodigués, malgré les dangers. Sa réponse m’a marqué. Elle était tellement désolée et elle s’est mise à pleurer. Elle n’avait pas beaucoup dormi et venait de prendre un autre quart de travail parce qu’il y avait beaucoup de retard dans les rendez-vous et qu’on avait besoin d’elle.

Nous sommes maintenant à mi-chemin de la campagne électorale et chaque parti a publié sa plateforme. Soulignons ici quelques points saillants de la position des partis sur les soins de santé.

Le Parti libéral du Canada (PLC) s’engage à investir 6 milliards de dollars pour accélérer l’élimination des listes d’attente dans le système de soins de santé et 3 milliards de dollars pour embaucher 7 500 médecins de famille et infirmières. Il veut également investir 6 milliards de dollars pour établir des normes nationales en matière de soins de longue durée et 4,5 milliards de dollars pour créer un nouveau transfert fédéral en matière de santé mentale.

Le Parti conservateur du Canada (PCC) promet d’augmenter le financement des soins de santé mentale pour les provinces, de relancer l’industrie pharmaceutique au Canada et de renforcer les lois anticorruptions dans le domaine de la santé. Le PCC a l’intention d’augmenter à nouveau les transferts fédéraux en matière de santé aux provinces de 6 % par an. Cela permettrait d’injecter près de 60 milliards de dollars dans notre système de santé au cours des dix prochaines années.

Le Nouveau Parti Démocratique (NPD) interdirait l’ouverture de tout nouveau foyer à but lucratif pour les personnes âgées ayant besoin de soins et créerait des normes nationales pour responsabiliser les établissements. Des conditions seraient imposées à tout financement accordé pour ces établissements, notamment que l’argent soit d’abord consacré à des soins de qualité. Un gouvernement néo-démocrate créerait un fonds pour les pénuries critiques de 250 millions de dollars afin de remédier à la pénurie d’infirmières et de travailleurs de la santé dans tout le Canada et veillerait à ce que les provinces engagent également des fonds destinés spécifiquement aux travailleurs de la santé. Le fonds fédéral aiderait à former et à embaucher 2 000 infirmières. Enfin, le NPD élargirait le régime d’assurance-maladie pour couvrir les services nécessaires.

Le Bloc Québécois (BQ) veut faire passer les transferts fédéraux en matière de santé de 22 % à 35 % pour pallier les coûts des soins de santé. Une augmentation de 91 milliards de dollars du Transfert canadien en matière de santé sur trois ans est proposée. Le BQ veut soutenir les soins à domicile par des crédits d’impôt et demande que les prestations spéciales d’assurance-emploi pour les personnes malades soient prolongées à 50 semaines.

Le Parti vert du Canada (PVC) veut augmenter les transferts en matière de santé à 35 %, tout en imposant des normes nationales. Son parti entend « introduire de nouvelles initiatives » telles qu’une garantie de soins de base pour exiger un minimum de quatre heures de soins par jour pour chaque résident par une infirmière ou un personnel habileté à le faire. Le PVC élargirait également le modèle de régime d’assurance-maladie à payeur unique afin d’inclure les soins pharmaceutiques pour tous et d’étendre le régime d’assurance-maladie à payeur unique aux soins de longue durée, aux soins dentaires de base gratuits pour tous les Canadiens et à l’amélioration des services de santé mentale.

Avec la pandémie mondiale de COVID-19 qui coïncide avec l’élection de 2021, le moment est idéal pour discuter de nos systèmes de soins de santé. Nous sommes à un moment opportun pour aborder et régler certains des problèmes que la pandémie de COVID-19 a mis en lumière.

Vous êtes intéressés ?

Le site internet de TACT est seulement compatible avec la plus récente version de votre navigateur.

Si vous voyez ce message, veuillez le mettre à jour afin de pouvoir bénéficier de la pleine expérience de notre nouveau site.

Si vous voulez nous contacter, vous pouvez le faire au 1 844 667-8228 ou à l’adresse courriel suivant info@tactconseil.ca.