En mode « nomade numérique » - première partie

25 July 2022

TACT Visuel Billet 20220722 Entete Isabelle

Une touche d’Isabelle à Sainte-Lucie

30 décembre 2021, le premier ministre Legault annonce un deuxième couvre-feu. Je suis dans mon salon, seule, il me reste une journée à purger ce qui me reste de mon isolement du variant Omicron, virus qui m’a fait manquer le temps des Fêtes en entier, et je suis découragée. Dans ma tête, je me dis : J’peux pas. J’y arriverai juste pas. Je prends mon téléphone et j’écris à Alex, un ami rencontré dans un voyage à Hawaï qui habite Sainte-Lucie et qui m’avait dit quelques mois plus tôt : « You should come here. Working from Saint Lucia would be way more fun ».

Une semaine plus tard, ma boss me dit : « Go, vas-y, enjoy! ». J’achète mon billet d’avion, je loue une maison sur deux étages avec vue sur la mer et le coucher du soleil pour bien moins cher que mon appartement de 650 pieds carrés à Montréal. Le 23 janvier, je m’envolais pour ce petit coin de paradis qu’est Sainte-Lucie (pas Sainte-Lucie-des-Laurentides ! Sainte-Lucie des Caraïbes !).

Je suis rentrée au Québec à la toute fin du mois de février, les souliers pleins de sable, la peau encore grillée du soleil de la veille, le sourire gercé fendu jusqu’aux oreilles, la tête remplie de souvenirs, mais surtout avec la certitude que j’avais pris la meilleure décision pandémique de ma vie. Travailler de Sainte-Lucie, c’est des fins de semaine qui sont de vraies vacances. C’est décrocher totalement quand tu es en congé. C’est profiter de l’heure du lunch pour sauter dans la mer et revenir revigoré. C’est se sentir libre. Se sentir vivre. Je souhaite à tous d’oser. Impossible de regretter. Mais attention aux blues du retour, ils sont bien réels et donnent le goût de repartir dans deux jours.

TACT Visuel Billet 20220722 Image

Les essentiels lorsqu’on part en « tracances »

  • Avis et autorisation : Il faut d’abord… avertir son employeur que l’on compte télétravailler à l’étranger, où et pour combien de temps, car il est important que votre séjour « sous le chaud soleil de Cayo Télétravaillo » s’inscrivent dans le respect de toutes les obligations légales. Toujours vérifier, et toujours avoir l’accord de son employeur avant de partir.
  • Impôts, assurances et visa : Il en va de même pour vous. Avant de choisir une destination et une durée de séjour, faites attention aux possibles conséquences de vos durées de séjour à l’étranger (durée par épisode et durée totale annuelle) et vérifiez bien les impacts fiscaux, ici et à l’étranger, mais aussi diplomatiques et réglementaires (visa de séjour, assurances au travail, assurance-voyage longue durée, assurance-invalidité, accès à la RAMQ à votre retour, etc.).
TACT Visuel Billet 20220722 Entete Louis Martin

Louis-Martin, Québécois de souche, Floridien de cœur

De nombreux mots ont fait leur apparition dans le vocabulaire collectif depuis ce fameux 13 mars 2020, moment où le Québec en entier s’est retrouvé à la maison, confiné, alors qu’une pandémie faisait rage aux quatre coins du globe. Mon mot préféré ? Au risque de vous surprendre ! Non, pas présentiel, mais « tracances » ! Une contraction des mots travail et vacances, un concept qui n’est pas nouveau, mais qui est de plus en plus populaire, tant auprès des employés que des employeurs.

En octobre dernier, je décide de partir un mois vers une destination prisée des Québécois, la Floride, avec l’intention non pas d’y prendre des vacances, mais d’y travailler comme je le ferais normalement à partir du Québec. Depuis cette fameuse première expérience, je suis retourné quatre fois en « tracances » et je dois avouer que mes craintes se sont dissipées rapidement. En plus de conserver une routine de travail productive et saine, j’ai adopté ce mode de travail où, entre deux réunions, je peux aller à la piscine.

C’est une formidable chance qui nous est offerte de partir à l’étranger, tout en conservant les mêmes responsabilités. Les « tracances » permettent de changer de décor et de découvrir un nouveau coin du monde tout en travaillant normalement durant la journée. L’idéal pour ceux et celles qui n’ont que quelques semaines de vacances.

TACT Visuel Billet 20220722 Image2

Les conseils pratico-pratiques

  • Avis et autorisation : Il faut d’abord… avertir son employeur que l’on compte télétravailler à l’étranger, où et pour combien de temps, car il est important que votre séjour « sous le chaud soleil de Cayo Télétravaillo » s’inscrivent dans le respect de toutes les obligations légales. Toujours vérifier, et toujours avoir l’accord de son employeur avant de partir.
  • Impôts, assurances et visa : Il en va de même pour vous. Avant de choisir une destination et une durée de séjour, faites attention aux possibles conséquences de vos durées de séjour à l’étranger (durée par épisode et durée totale annuelle) et vérifiez bien les impacts fiscaux, ici et à l’étranger, mais aussi diplomatiques et réglementaires (visa de séjour, assurances au travail, assurance-voyage longue durée, assurance-invalidité, accès à la RAMQ à votre retour, etc.).

Dans les prochaines semaines, les expériences et conseils d’autres collègues vous seront présentés.

Are you interested ?

TACT’s website is only compatible with the latest version of your browser.

If you receive this message, please update your browser to ensure you get the most out of our new site.

Want to get in touch? Call us at 1 844 667-8228 or send an email to info@tactconseil.ca.